Cabo Verde

C’est un peu l’Afrique en plus zen .

La devise ici étant  » No stress  » on s’appliquera à la respecter!

Même si la toute première expérience de mouillage,accompagnés de nos deux nouveaux mousses : Calou et Philippe, n’est pas un modèle du genre.

Nuit noire, après trois jours de grand rodéo au large entrée en fanfare dans l’avant port de Sal,sans moteur au beau milieu des barques , balises non signalées et autres feux clignotants !

Ça se termine toujours bien ces histoires là, moyennant un bon décrassage de filtres

(dont un petit nouveau inconnu à ce jour), de la patience et quelques effluves de gasoil..

Accueillis par Djai dit D.J, c’est à Sal que nous resterons le plus longtemps ,changement d’équipage oblige.

Le temps de lier des connaissance avec les habitants’ prendre quelques habitudes et tester la grande variété de poissons locaux.

Ici , grande activité . Ça pêche dans tous les coins et à toute heure. Du gros, du rare, du savoureux et du tout venant( thon jaune ,murène, dorade,galopins, harangue,mérou…)

Que du bon, du frais, on se régale!

Le Dimanche soir c’est fête des pêcheurs à Sal Rey: buvette en plein air, boîte en plein air, musique à tous les carrefours.

Pas de chichis’ on aime bien.

Nous visiterons les Salines ,prendrons un bain d’argile, récupérerons les cousins Laurence et Serge, les copains Catherine et Dominique et notre équipière toute prête pour une transat, fraîchement retraitée de son job d’opticienne : Odile dit Didile .

On flâne encore un peu même si l île est assez désertique. Ce qui nous permettra de retrouver Zidane.

Déjà là il y a 18 ans, jeune taxi Boat de 16 ans à l époque , il rencontrait alors PK et tout son joyeux équipage lors de son passage au Cap Vert en 2000.(Photos de son album à l’appui). Souvenirs, souvenirs…et un peu de nostalgie aussi. Il a quatre enfants et a bien bourlingué depuis. Il essaie de faire sa place dans le service pour bateaux de passage mais la concurrence est rude ici au cap vert où chaque escudo est durement gagné.

Pour nous la découverte de l’archipel continue.

En route pour Boa Vista et ses dunes de sable saharien , l’eau turquoise et les débarquements intempestifs.

 » C est simple, vous pagayez à fond sur le haut de la vague,vous vous laissez porter jusqu’au bord, en restant bien dans l’axe,vous débarquez à peine le sable effleuré…n’oubliez pas les sacs étanches, et il est conseillé de vous mettre en slip de bain !  » Pour le retour n’abusez pas du grogue local ,l embarquement risque d’être acrobatique .

Même chose à Tarrafal de Santiago où les rouleaux d’une nature légèrement différente n’en sont pas moins farceurs

Belles ballades dans l île verdoyante avec les Ghibli retrouvés et le Mulon au complet.

C’est là que l’on réalisera la solidarité des gens de mer au retour de la pêche.

Sur la plage tout le monde y va de son aide pour tirer les embarcations sur le sable, s’en suit la ronde des femmes qui examinent les poissons et commencent à se répartir les prises suivant un rituel qui nous échappe un peu .

Peu avant leur prise de bec ,elles jouaient gaiement aux cartes assises sur leurs bassines bleues ..Serge et Philippe en feront de beaux portraits .

Poursuivant cette échappée cap verdienne nous ferons une Chouette nav jusqu’à San Nicolau avec notre Colinette enfin parmi nous .jusqu’à Mindelo notre future base avant la traversée

Une réflexion sur « Cabo Verde »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *