Journal de notre transat

Les jours précédents

Nous arpentons les rues de Mindelo à la recherche des fruits et légumes pour compléter nos réserves. La Bodeguita et Bom Gusta furent nos cantines et Chez Loucha notre piste de danse bien sonorisée pour notre soirée de départ.

 

Jour nº1 : 1er décembre 2018
Le « rallye du 1er décembre « quitte le port de Mindelo sans fanfare ni trompette mais sous le regard bienveillant de nos amis Anne,Gilbert, Alban et Philippe-Henri.
Au moment de hisser la GV c’est la France qui nous rejoint grâce à WhatsApp Coline Arthur Pierre-Paul, Orion, Caro, Pauline et Cecile en ligne pour nous souhaiter bon vent. Quelle émotion !
A peine sortie de la baie ça piaule entre Santo Antao et Sau Vicente, Yara file bon train cap à l’ouest.
Il faut savoir qu’au sud de Santo Antao existe une zone perturbée où l’on peut trouver du près ce qu’il advint pour quelques heures (l’amour du tangonage pousse Denis à la manœuvre un peu précipitamment). Mais fit de ce contretemps Yara reprend son allure au milieu d’une petite flottille qui se dispersera au fil de la nuit.
Les quarts s’instaurent et les polaires aussi.

Jour nº2: 2 décembre 2018
Au petit matin un petit dauphin, Odile ouvre le dossier 18h30 GMT et le dossier Cetelem!

 

Jour nº3: 3 décembre 2018
La grande houle s’installe. Les tachetés de l’Atlantique viennent saluer l’étrave de Yara.
Nous jouons à la voile avec une chaussette à spi récalcitrante. Notre moyenne s’améliore : au coucher du soleil 320 milles déjà parcourus .

Jour nº4: 4 décembre 2018
Il est 5 heures Venus se montre à l’est très brillante suivie d’un croissant de lune : une pure merveille. Véro et Odile dorment profondément un repos bien mérité après une nuit ballottée par une mer hachée .
Pêche du jour : une dorade coryphène en fin de journée après 2 départs dont un avec perte de rapala
Au coucher du soleil 470 milles de Mindelo.

Jour 5 : 5 décembre 2018
A 13h30 GMT cela fait 4 jours que nous naviguons nous avons parcouru 586 milles soit une moyenne de 6 nds.
Mer et houle croisées génèrent beaucoup de balancement, le vent toujours ENE entre 15 et 20 nds. La fatigue de l’équipage se fait sentir.
Les filles ne sont pas en grande forme .

Jour nº6 : 6 décembre 2018
Au réveil petite pluie fine puis très bel arc en ciel
Une mer bien creusée qui nous fait monter et descendre un étage tous les 3 secondes.
2 ris dans la grand voile et génois tangonné.
L’équipage reprend quelques couleurs
19h00 GMT nous avons parcouru 770 milles

 

Jour nº7 : 7 décembre 2018
Après une nuit bien chahutée, nous jouons toute la matinée avec les fameux grains blancs de l’Atlantique enroulé déroulé le génois prendre larguer des ris sous la pluie mettent en forme l’équipage pour toute la journée . Surprise à 4 milles de notre position nous rentrons en contact à la VHF avec l’Herminette et Simon le solitaire 1er contact depuis une semaine. Ceci nous invite à reprendre une veille active pendant nos quarts. Nous allons remettre nos feux de navigation.
Nous traversons les premières sargasses. Enfin une houle plus agréable mais redoublons d’attention aux grains grâce au radar quand il veut bien fonctionner.
L’équipage a retrouvé son entrain et ses couleurs. L’apéro est de nouveau à l’orde du jour.

 

Jour nº8 : 8 décembre 2018
Après une nuit au ralenti les grains du matin n’arrêteront pas les marins.
Depuis une semaine nous naviguons et arrivons à mi parcours soit 1050 milles parcourus et à parcourir.
Journée la plus agréable depuis Mindelo après les grains voiles en ciseaux

 

Jour nº9 : décembre 2018
Des grains au réveil. Une nuit bien animée 2 voiliers à surveiller enrouler dérouler le génois pour endosser les grains accompagnés d’accélération de vent. Se battre avec le radar pour surveiller tout ça.
Sinon soleil lecture pain gâteau apéro jeux, tout ça bien balloté au rythme des alizés. Nous avons perdu de vue nos bateaux du rallye du 1er décembre. La prévision météo annonce plus de vent la nuit prochaine et les 2 jours suivants.

Ça glisse et ça balance

 

Jour nº10: 10 décembre 2018
Yara et son équipage continuent à monter et à descendre des étages toutes les 5 secondes avec des surfs à plus de 8 noeuds (maxi 10,3 nds dans la matinée)
Encore des grains toujours de petits grains des petits grains toujours de petits grains. Après une descente plus sud nous remettons de l’ouest. Changement d’armure empannage dans le noir un peu cafouilleux du au capitaine mal réveillé.
Quelle surprise Lorris nous joint sur l’iridium 12 minutes de communication au plein milieu de l’Atlantique après 9 jours de mer.
Côté pêche 2 départs dont un nous le supposons n’était pas une petite prise car il a tout arraché, encore un leurre de perdu et un autre sûrement une dorade coryphene qui par ses sauts a retrouvé sa liberté.
Soirée crêpes de haute voltige dans le carré de Yara.
Tous les jours nous nous interrogeons sur l’heure à adopter finalement nous optons pour tout ce qui concerne la navigation l’heure GMT et pour la vie à bord nous nous calons sur le soleil.
Notre GPS a déjà adapté l’heure locale !!!

 

 

Jour nº11 : 11 décembre 2018
Depuis hier même régime de vent donc même allure. Toujours 2 ris dans la GV et quelques rouleaux dans le génois.
Enfin une nuit relativement reposante.
Pour la première fois un lever de soleil sans nuage un grand bleu toute la journée.
Un petit déjeuner aux crêpes. Une journée très plaisante lectures et écriture ( un mémo de Vero sur la gîte) avec des belles glissades.
Côté pêche : nada tous nos leurres sifflant ont arrachés.
En fin d’après-midi une voile sur notre bâbord arrière, après contact radio c’est Moutik un outremer 45 déjà rencontré à Tarafal de Sao Nicolau et Mindelo.
Notre 3eme pain sera prêt à être enfourné demain matin pour le petit déjeuner.
A 19h30 nous sommes à 610 milles des Antilles soit 1470 milles parcouru.
L’équipage est pris du syndrome Moitessier il n’est plus si pressé d’arriver.

 

Jour nº12: 12 décembre 2018
Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. En effet empannage après un bon grain donc de la houle sans vent, nous démarrerons le moteur pour soulager PJ qui était perdu mais sans succès le moteur reste insensible.
Diagnostic durites bouchées, très agréable avant le petit déjeuner de réamorcer donc jouer avec le gasoil et les bulles d’air. Après une heure à traquer la cause dans la cale moteur le doux bruit du Volvo se fait entendre.
Cette fois le pain a bien levé ( une double dose de levure)
Après une partie endiablée de 1000 sabors, le diable prend possession de nos corps pour un dancefloor improvisé.
Après le dossier de 18h30 GMT, Odile pose la question n’y aurait-il pas un bateau copain dans les parages? « Oh my god, it’s amaizing ! » . There is a sailing english boat on our left !!
Ainsi passe les jours sur le grand océan.

Jour nº13 : 13 décembre 2018
Une nuit de surfs sous 2 ris Yara nous rapproche progressivement des Antilles.
Un réveil sur un tapis roulant de sargasse le bleu est remplacé par un jaune sable, très inquiétant le climat en se dégradant désoriente les courants !!!
Après la séance «dance on the deck » de la veille, séance étirements bien utile. Au programme pain et pizza, on ne se laisse pas aller sur Yara malgré le balancement perpétuel. L’équipage est au top.
La photo 18h30 GMT nécessite quelques astuces pour prendre le soleil. Depuis Mindelo nous avons progressé au moins de 2 fuseaux horaires (un fuseau correspond à 15 degrés longitude) donc le soleil vous l’aurez compris est de plus en plus haut.

Les sargasses

Jour nº14 : 14 décembre 2018
Oh beaucoup de vaisselle cassée. Et oui une amure peu favorable à faire la cuisine. Tout à commencer par un vol de Miam dans le carré ça se poursuit par un fracas de verre éjecté d’un équipet , café renversé dans l’évier…. bref nous sommes vraiment sur le mauvais bord.
Les températures s’élèvent, il faut chaud de jour comme de nuit, l’équipage est en maillot de bain.
A 20 h GMT, nous ne sommes plus qu’à 175 milles des Antilles. Yara toujours poussé par un vent modéré voire assez soutenu. Toujours GV arisée et génois avec quelques tours. Des pointes frôlants les 10 noeuds nous secouent le cocotier. Cap 290º tribord amure normalement jusqu’à la pointe sud de là Martinique l’îlet Cabrits à laisser à tribord.

 

Jour nº15 : 15 décembre 2018
Ça file ça file dans la nuit à plus de 7 toujours sous 2 ris. Au première lueur du jour, le plus gros grain de la traversée nous tombe dessus pluie et vent avec rafale 35 nds, bref une heure après tout rentre dans l’ordre et Yara continue de glisser vers La Martinique.
Dès 18h00 GMT nous apercevons les premières côtes des Antilles.
Arrivée à 23h30 GMT (19h30 heure) au Marin dans la baie de Sainte Anne nous jetons d’ancre dans une nuit noire.
14,5 jours de glissades et de balancements sur cet océan .

La vidéo de notre transat ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *